[Lecture] Mécanique d'un homme heureux Dario Jaramillo Agudelo


Vie quotidienne de FLaure : Mécanique d'un homme heureux Dario Jaramillo Agudelo


Bonjour,
Nouvel éditeur, les Éditions Yovana, chez NetGalley, qui nous propose un roman. Celui que je vous présente m'a déjà séduit par sa couverture. Important la couverture, c'est le premier contact que nous avons avec un livre.






[Lecture] Mécanique d'un homme heureux Dario Jaramillo Agudelo


(Memorias de un hombre feliz (2000))


Résumé :

Nous faisons connaissance de Tomás, un retraité épanoui qui mène une vie bourgeoise à Bogotá. Radieux, il l'est depuis le décès de sa femme.

Ce roman nous raconte l'évidence, dans la tête de Tomás, qu'il fallait se débarrasser de son épouse Regina pour obtenir cette quiétude.
"… il me revient à l'idée que je ne suis pas un meurtrier. Mon objectif n'était pas de lui ôter la vie, mais il était de l'ôter de ma vie, ce qui n'est pas pareil."
Il prépare méthodiquement le crime parfait. Il met autant de soin que lorsqu'il répare le mécanisme d'une horloge.
Il l'avoue dès les premières lignes. Je ne dévoile rien en vous l'écrivant.

Sa femme l'a réduit à néant. Mais Tomás avoue :
"Je me suis soumis sans peine, sans traumatisme, sans anxiété."
Jamais de rébellion, il obéit. Il se laisse faire … peut-être que c'est confortable pour lui.
"Je fus le Tomás domestique qu'elle avait façonné. Jamais je ne me suis senti malheureux. Je ne suis même pas ennuyé."
Cette docilité va durer 25 ans.

Regina règne en maître sur la vie de son mari, de ses enfants. Elle régente sa maison, son personnel, ses amies.

Don Jaime García et Don Rafael García, modeste comptable et technicien s'associèrent pour créer "L'Entreprise" en 1920. Ils n'ont aucun lien de parenté entre eux. Ils ont 2 fils et 2 filles chacun, les successions sont assurées. Regina appartient au clan familial.

Tomás est heureux dans "L'Entreprise". Il aime son métier et la mécanique.

Pouvons-nous adhérer aux projets de Tomás ? Tout le long de ses mémoires (de la fin de ses études à l'aboutissement), il veut nous persuader qu'il a raison. Mais la mauvaise foi et la perfidie transpercent à chaque chapitre. Il donne des motifs pour se justifier. Au cours d'un événement familial, il se rend enfin compte qu'il est l'objet, la chose de Regina.
"Je suis resté envoûté par elle jusqu'à un instant si précis que je peux en donner l'heure, la date et les circonstances exactes : c'était le samedi 27 janvier 1990 à 22 heures et 2 minutes."

Mais … nous n'avons que son point de vue. Coupable ou victime ?

  • Les personnages principaux

Regina García : 34 ans, épouse de Tomás pendant 25 ans. 10 ans de plus que son mari.
Son père est dentiste, il n'a jamais travaillé pour la "société". Elle est la troisième de 6 enfants (4 filles et 2 garçons).
Deux enfants naissent de cette union :
- Juan Francisco né 9 mois après leur mariage, en décembre 1965. Marié en 1987, 3 enfants. Il vit à Londres. Il est architecte.
- María Alejandra née en 1966. Regina a alors 36 ans. Appelée Maríaleja par son père. Mariée à Ignacio le 27 janvier 1990 en grande pompe.
Tomás : maniaque de l'exactitude.
En 1964, il fait des études à Ithaca. Il a 24 ans. Il va obtenir son doctorat en ingénierie industrielle. Il doit obligatoirement rentrer en Colombie à la fin de ses études. La proposition de l'Entreprise tombe très bien.
Un frère, Juan qui a un an de plus que lui. Il est professeur à la faculté d'ingénierie. Sa femme est professeur de biologie.
Diva Tarcisia López : amie intime de Regina depuis l'enfance. Elle fréquente les charlatans et suit des séances de psychanalyse. Pipelette. Elle se laisse dominer (sans l'avouer) par son amie.

Et bien d'autres …

Jaime García III : égocentrique, rusé en affaires, petit-fils du premier directeur, directeur exécutif de "L'Entreprise" entouré d'hommes de confiance qui sont en réalité des femmes.
C'est lui qui a engagé Tomás, il avait alors 50 ans et qui l'a mis à la retraite. Il a 80 ans. C'est son fils Jorge Humberto qui prendra sans doute la suite.
Pedro Roberto García : un peu plus jeune que Tomás. Ingénieur -assistant pour l'installation "du monstre". L'unique descendant des 2 fondateurs. Le seul confident et ami de Tomás.
Divorcé, 2 enfants. À nouveau marié pendant 7 ans. Il a trouvé le bonheur avec sa troisième femme et son fils.
María la Première : demi-sœur de Diva Tarcisia López issue du second mariage du père de Diva Tarcisia. 15 à 20 ans de moins que Regina et Diva Tarcisia. Mariée à un violoniste polonais.
María l'autre : amie de Regina. Obsédée par l'argent.


Mon impression :

Récit à la première personne. C'est Tomás, le narrateur. Il rédige ses mémoires.
Nous n'avons donc que son point de vue sur le déroulement de sa vie, de ses agissements, des pensées des personnes qui l'entourent. C'est seulement son ressenti.

Un livre qui m'a séduit dès les premières lignes. L'écriture est agréable et dynamique. Le sujet semble prometteur.
La vie de couple, l'arrivée des enfants et la vie bourgeoise de Regina se lit agréablement. L'argent ne compte pas pour ce clan familial.
Mais très vite, la routine, les défauts répétitifs de Regina m'ont empêché de passer un bon moment avec les personnages.
Ne pas attendre un peu d'action en se tournant vers Tomás, il est passif. Les enfants sont plus rebelles.

Il y a des moments qui pourraient porter à sourire (moi pas). Mais c'est plutôt de l'humour noir.
Peut-être que certaines personnes se reconnaîtront dans le personnage de la femme ou du mari. Dans un couple, il y a souvent un dominant et un dominé. Mais là c'est poussé à l'excès.
Qu'est-ce que l'auteur veut faire passer comme message ?

En résumé (avis très personnel), à vous maintenant :
+ Le narrateur nous prend à témoin pour se justifier sans doute.
+ L'écriture est alerte

- répétitions
- chapitres qui n'apportent pas grand-chose à l'histoire. Je n'ai pas lu le chapitre XLVI : dissection du temps
- J'avais hâte de terminer et de me sortir de cette ambiance malsaine moralement
- L'image de la femme et de l'homme n'est pas mise en valeur. Mais ce n'est qu'un roman.

Challenge 26 livres /

💜 5/10 Vous avez bien aimé, sans plus


Titre : Mécanique d'un homme heureux (20 octobre 2017) [lecture numérique pour moi]
Auteur : Darío Jaramillo Agudelo
Éditeur : Éditions Yovana
Collection : Romans situés
ISBN numérique : 979-10-951-1511-3
ISBN : 979-10-951-1510-6
Nombre de page numérique : 365
Nombre de page (papier) : 365
Traductrice : Laurence Holvoet
Prix : broché 20 €/numérique 7€99

Ce livre vous tente, vous pouvez le trouver ICI (non sponsorisé)

Merci à l'auteur Darío Jaramillo Agudelo, aux Éditions Yovana et NetGalley  pour cette proposition de lecture.



Mots pour ce livre : 

Bogotá, manipulation, bourgeoisie, assassinat, domination, Vengeance, meurtre, crime, perfidie, méthodiquement,

phrases du livre (lecture numérique [Emplacement]) :

"La connaissance de soi n'est pas un prérequis indispensable au bonheur. Je suis navré de contredire autant de sages en déclarant que je suis heureux alors que j'ignore tout de moi-même." (E. 72 chapitre II)
"… l'élimination des déchets est l'un des éléments qui augmentent les coûts de production. C'est un facteur qui a une incidence sur la productivité à long terme. L'idéal donc : le zéro déchet." (E. 209 chapitre V)
"… qui prononçait "L'entreprise" en faisant résonner de façon non équivoque les majuscules, comme lorsque le Pape invoque Dieu." (E. 268 chapitre VI)
"Il faut faire proprement le sale boulot." (E. 428 chapitre VIII)
"elle a tissé un filet autour de moi puis elle m'a capturé." (E. 580 chapitre XIV)
"l'environnement parfait d'une usine où règnent les quatre "P" : précision, ponctualité, patience et persévérance." (E. 879 chapitre XXI)
"mais je me suis bien vite intéressé aux montres à ressort, et plus précisément à leurs mécanismes." (E. 1778 chapitre XLIV)
"Si je devais donner une dimension morale à ce que j'ai fait, je dirais que j'ai fait le bien d'un point de vue écologique." (E. 2188 chapitre LI)
"Qu'elle repose en paix, en pis, en peu, en peau, et en pus." (E. 2440 chapitre LVI)
"l'on peut dire qu'elle manipule avec un grand art, sans lourdeur, sans cri, elle est subtile, elle est soucieuse de la forme, c'est une artiste." (E. 2511 chapitre LVIII)
"… qu'il commet son crime avec beaucoup trop de maladresse, sans ce sang-froid qui permet de l'envisager comme un projet d'ingénierie." (E. 3181 chapitre LXIX)



Pour en savoir un peu plus :

L'auteur :

Darío Jaramillo Agudelo (1947) est né en Colombie. C'est son père qui lui a donné le goût de la lecture.
Il est aussi bien romancier (7 romans), poète (8 recueils), écrivain pour enfants (4 livres). Il est l'auteur d'essais, de critiques littéraires.
Sa vie, l'écriture : « J’écris parce qu’avec les mots, je rêve, j’hallucine, parce que je franchis d’autres seuils »
Il est diplômé en économie et droit. Il travaille pendant 20 ans à la banque de la république de Colombie.

L'éditeur Éditions Yovana :


Vie quotidienne de FLaure : Mécanique d'un homme heureux Dario Jaramillo Agudelo


Voici comment la maison d'édition se présente : voir ICI
Proposer au lecteur de rencontrer d’autres lieux, d’autres cultures à travers la fiction ou le récit littéraire, telle est la vocation de notre jeune maison d’édition née en 2015. Les ouvrages parus (et à paraître courant 2017) emmènent le lecteur au Maroc, au Guatemala, dans le désert du Sahara, en territoire lakota, à Bogota, aux Pays-Bas ou encore à Bamako.


Distinctions :

Prix ​​national de poésie Eduardo Cote Lamus (1978)
Prix ​​court roman José María de Pereda (2010) 
Prix ​​national de poésie (2017) pour "El cuerpo y otra cosa"

D'autres titres écrits par cet auteur :

Roman 
"La mort d'Alex" (1983)
"Lettres croisées" (1993)
"Souvenirs d'un homme heureux" (2000)
"Le jeu de l'épingle" (2002)
"Roman avec fantôme" (2004)
"La voix intérieure" (2006)
"Histoire de Simona" (2011)
Autobiographie 
Histoire d'une passion (2006)



La couverture :

Design graphique : Arthur Tramier
Couverture : Camille de Noray


Vie quotidienne de FLaure : Mécanique d'un homme heureux Dario Jaramillo Agudelo



Mécanisme des montres à ressort, des machines, du cerveau humain …

Vie quotidienne de FLaure : Mécanique d'un homme heureux Dario Jaramillo Agudelo



Autres chroniques sur ce livre :



Et vous alors, qu'en avez-vous pensé ?







FLaure

Commentaires

Les 5 articles les plus consultés depuis 7 derniers jours

Confiture de prunes d'Ente

Moules à la bisque de homard

Jacqueline Rosé