Premières lignes #5 - 2020


Vie quotidienne de FLaure : Premières lignes #5 - 2020

Premières lignes #5 - 2020


Rendez-vous pour vous donner envie de découvrir ma lecture du moment
Les premières phrases … avant de lire ma chronique dans quelques temps.


Vie quotidienne de FLaure : Premières lignes #5 - 2020

L’autocar escalade la pente avec une allure de corbillard. À son bord, une dizaine de passagers clairsemés dans les rangs, dont la carrure de Kamel Wozniak, assis au fond côté fenêtre. Il a eu raison, c’est un bon endroit pour se cacher, difficile d’accès, en marge des routes principales. On ne vient pas ici par hasard. Au sommet, c’est une longue steppe parsemée de rochers, sans un village ou une ferme. Le béton ne lui manque pas, mais c’est comme si on lui retirait un repère. Son visage se reflète dans la vitre, faciès glacial des Slaves et peau hâlée des Arabes. Cicatrices anciennes sur le front, pommettes hautes, nez fin, cassé. Ses yeux flottent au loin sur la grande pelouse jaune. Wozniak commence à se détendre. Le plus dur est derrière lui. Il a traversé la moitié du pays sans laisser de traces. Trois heures de train plein sud à grande vitesse. Puis deux heures de plus à remonter vers le nord, secoué dans une micheline presque vide avec des arrêts à toutes les gares fantômes. Et pour finir, ce car qui semble immobile tant le paysage est immense. Le tout payé en liquide.
La descente vers les gorges lui paraît légèrement féerique dans l’éclairage de fin d’après-midi. Le seul point noir est ce mariole qu’il n’a pu s’empêcher de brutaliser ce matin, juste avant d’atteindre la gare. Ce mec qui l’a pourchassé sur trente mètres, du genre hargneux, et qui menaçait l’exécution du plan, jusqu’à ce que Wozniak l’expédie d’un coup de tête.
Le bourg est plus bas, tapi près de la rivière, canyon creusé dans la masse du causse. Kamel ne connaît pas les lieux, sinon qu’il s’agit d’une petite ville, pas assez grande pour garantir l’anonymat, et cependant assez touristique pour que les gens ne se posent pas de questions sur les étrangers. ...

« Une grande finesse de construction servie par une touche d'humour. »
Marie Michaud, Librairie Gibert Joseph (Poitiers)

Titre : La science de l'esquive (8 janvier 2020)
Auteur : Nicolas MALESKI
Nombre de pages (papier) : 224

Ce rendez-vous hebdomadaire a été créé par Ma Lecturothèque.
Il s’agit de présenter chaque semaine l’incipit (premières phrases) d’un roman. Il vous permet de découvrir en quelques lignes un style, un langage, un univers, une atmosphère.

À bientôt

FLaure

Commentaires

josette a dit…
je passe te faire un petit coucou, j'espère que tu va bien.
bonne journée

Les 5 articles les plus consultés pendant ces 7 derniers jours

Rôti de boeuf habillé de papier d'aluminium

Brochettes de dinde marinée et légumes

Rôti de porc au four en sachet cuisson

Gâteau à l'ananas et mascarpone