Premières lignes #4 - 2020


Vie quotidienne de FLaure : Premières lignes #4 - 2020

Premières lignes #4 - 2020


Rendez-vous pour vous donner envie de découvrir ma lecture du moment
Les premières phrases … avant de lire ma chronique dans quelques temps.

Vie quotidienne de FLaure : Premières lignes #4 - 2020 
1
Mercredi 7 octobre – 22h15
D’abord un craquement sec et puis, immédiatement, une douleur foudroyante qui lui ravage l’intérieur de la tête. Pas de doute : l’un de ces connards vient de lui péter la mâchoire.
Recroquevillé dans le caniveau au beau milieu d’une flaque huileuse, Il y a un bon moment que Miguel ne sait plus quelle partie de son corps tenter de protéger en priorité. D’ailleurs, il s’en fout. Il voudrait juste que ça s’arrête, là, tout de suite.
Combien de temps depuis le premier coup sur la nuque qui l’a projeté au sol à l’instant où il descendait de voiture ? Aucune idée. Une éternité, de toute façon…
Au début, il a pu intérioriser la manière très méthodique avec laquelle ces types s’acharnaient sur lui, leurs pieds équipés de lourdes chaussures frappant alternativement au ventre, à la tête, dans les côtes. Sans oublier, dès qu’il s’est retrouvé à terre, le sort particulier réservé à sa main gauche, disloquée en deux coups puissants portés avec une barre de fer ou un truc de ce genre (Putain, ces enfoirés savent que je suis gaucher, pas possible que ce soit un hasard).
Il a donc pensé à un passage à tabac en règle. Ce ne serait pas le premier, après tout. Ensuite, la souffrance s’amplifiant, une terreur glaçante l’a envahi. Et si c’était autre chose ? Pas seulement de l’intimidation. S’ils voulaient lui régler son compte. Pour de bon.
À présent, il n’est plus question de continuer à réfléchir rationnellement. Ne s’expriment plus que sa chair, ses os, son sang. Horreur purement bestiale. Déchirures. Dislocations. Nausées. Il a envie de crier. Il ne peut pas. Trop tard. Il glisse. Tentation de l’abandon. Du refuge dans le néant. Résister ? Le monde alentour se rétrécit, s’éloigne. Tenir quand même. Encore un peu. Une seconde… Trop dur… Et là, au bord du néant, de très loin, une voix lui parvient, quelques mots criés dans une langue inconnue mais produisant un effet instantané : les coups cessent. Aussi subitement qu’ils avaient débuté.
Silence. ...

Un trio quelque peu improbable formé d'un commissaire de police "placardisé" et légèrement dépressif, d'un journaliste du principal quotidien régional et d'une jeune capitaine de la PJ vont tenter de démêler l'écheveau.

Titre : Sine qua nonne (15 juillet 2019)
Auteur : Pierre GUINOT-DELERY
Éditeur : Librinova
Nombre de pages (papier) : 360

Ce rendez-vous hebdomadaire a été créé par Ma Lecturothèque.
Il s’agit de présenter chaque semaine l’incipit (premières phrases) d’un roman. Il vous permet de découvrir en quelques lignes un style, un langage, un univers, une atmosphère.

À bientôt

FLaure

Commentaires

Les 5 articles les plus consultés pendant ces 7 derniers jours

Rôti de porc au four en sachet cuisson

Gâteau à l'ananas et mascarpone

Rôti de boeuf habillé de papier d'aluminium

Ragoût de veau aux asperges

Salade de hareng fumé bien accompagné