La vallée des oranges - Béatrice COURTOT


Vie quotidienne de FLaure : La vallée des oranges - Béatrice COURTOT
Bonjour,
Il y a quelques mois, Vendredi lecture a eu la gentillesse de me faire parvenir ce livre. Il attendait sagement pour me faire voyager. Ce livre a atteint son but, on voyage, on respire l'odeur d'orange, on imagine.
Premier roman de l'auteure.

La vallée des oranges - Béatrice COURTOT 



Résumé :

Nous sommes à Marseille, à l'hôtel du port, en 2016. Des ouvriers font de gros travaux dans cet ancien bâtiment, depuis 2 ans. Paco détruit le faux plafond et aperçoit une boîte en fer rouillée contenant des photos, des souvenirs.
"Puis il leva la tête pour évaluer l'étendue des travaux qui lui restait à accomplir. C'est alors qu'un objet attira son attention."
La propriétaire de ce "trésor" se prénomme Magdalena Cárdenas Oliver.
Grâce à cette découverte, son arrière-petite-fille, Anaïs, délaisse pour un temps Paris et "Le café de l'Ensaïmada", où elle perpétue depuis 3 ans les traditions culinaires familiales, pour découvrir ses origines. Elle doit se rendre à Marseille puis à Majorque.
Est-ce que ce voyage va lui permettre de comprendre pourquoi son arrière-grand-mère est venue à Marseille. Est-ce que les quelques indices trouvés dans la boîte vont l'aider à percer des secrets de la vie de son aïeule.

"La confection d'un gâteau qui devait offrir comme une caresse, le doux parfum de la fleur d'oranger, ..."

Vie quotidienne de FLaure : La vallée des oranges - Béatrice COURTOT

Recette des ensaïmadas (saïm (saindoux))
Les chapitres sont introduits par une recette trouvée dans le carnet de Magdalena.
  • Les personnages principaux
1935 à 1938
Magdalena Cárdenas Oliver (Magda la Maga (magicienne)) : arrière-grand-mère d'Anaïs. Celle-ci avait 11 ans lors du décès de son aïeule. Elle avait des longs cheveux noirs, presque bleus.
Jaime : s'occupe de la maintenance de la nouvelle voie ferrée inaugurée le 16 avril 1912, 2 jours après le naufrage du Titanic.
"Figurez-vous que l'équipe de Palma, dont les travaux ont débuté en 1907, a disposé d'une petite locomotive appelée Maria Luisa ! Plus tard, j'appellerai ma fille comme ça, poursuivit Jaime."
Jaime, Marta (infirmière), Bernat, Antonella (mercière), Pedro Barnès (maître charpentier) et Magdalena forment une bonne bande de copains.
Babette Castel : employée dans l'hôtel du port
François : chef du service du commerce et de l'artisanat de la ville de Marseille
2001 à 2018
Anaïs : Propriétaire du café familial, célibataire.
"Elle était une meneuse d'hommes, audacieuse, au tempérament dirigiste et à l'imagination fertile."
Miquel : il a un filleul Joan, une cousine Léonora qui va se marier à l'été 2017, une grand-mère qui se prénomme Catalina, 90 ans. Producteur d'oranges et défenseur de son île et du label AOP des agrumes. Il est célibataire.
"... la Vallée des oranges était l'endroit idéal pour trouver son âme sœur. Miquel ne semblait pas l'avoir trouvée, ..."

Mon impression :

"La vallée des oranges avait été à la fois le théâtre de la haine et de l'amour."
La pâtisserie est le lien familial de trois générations.
Le livre jongle, sans peine pour le lecteur, entre les villes de Marseille, Soller sur l'île de Majorque et entre deux époques s'étalant de 1935 à 2018.
De superbes et nombreuses descriptions des paysages décrits avec minutie (et même longueur), des odeurs ressenties ne laissent pas beaucoup de place aux personnages qui sont, à mon goût, pas assez développés. On voyage avec Anaïs, on s'y voit.
Nous en apprenons un peu sur la guerre civile Espagnole avec ces deux camps : les nationalistes et les républicains. D'atroces massacres eurent lieu, Marta, fut une des victimes (voir "A propos de ce roman" P. 230). Elle a aussi obligé Magdalena à fuir son île, sa pâtisserie. Elle laisse tout derrière elle.
Cette partie historique sur la guerre civile Espagnol, dont on parle très peu, est bien documentée et s'appuie sur des faits réels. Intéressant !
Anaïs, grâce à d'heureuses rencontres, va remonter le temps et découvrir la riche et tourmentée (en évènement) vie de son ancêtre. Son existence, maintenant, ne sera plus la même.
"Peut-être que les expériences malheureuses de son arrière-grand-mère la poursuivaient, comme tracées dans ses veines. Elle était à présent libérée d'un mauvais sort."
Roman très agréable à lire, les personnages sont attachants et un petit suspense nous tient en haleine.
La vie de l'aïeule est plus intéressante. Ce personnage est celui qui est le plus développé.
Si vous avez déjà visité ce petit paradis, vous allez ressentir l'ambiance, les lumières, la chaleur du soleil et vous rappelez ces grands champs d'orangeraies comme "La finca".
Une romance sympa qui se lit facilement et qui mérite le prix qui lui a été attribué "romantique".
"La nature possède le secret du bonheur." (George Sand)
En résumé (avis très personnel), à vous maintenant :
+ phrases et chapitres courts qui donnent du rythme
+ Découvertes de recettes majorquines en début de chapitre. Il n'y a pas de quantité, à nous de nous renseigner.
+ Passage historique instructif
- Personnages pas assez développés
- Trop de longues descriptions

💜 7.5/10

Titre : La vallée des oranges (10 avril 2018)
Prix du livre romantique 2018
ISBN numérique : 978-2368123676
ISBN :  978-2368122136
Nombre de page (papier) : 231
Prix : broché 18 € /numérique 9 € 99
Ce livre vous tente, vous pouvez le trouver ICI (non sponsorisé)
Merci à l'auteure Béatrice COURTOT, aux Éditions Charleston et Vendredi lecture pour cette proposition de lecture.

Mots pour ce livre : 

Majorque, Pâtisserie, Marseille, guerre d'Espagne, résistance, Secrets de famille, romance, orange, Soller, fleur d'oranger, cuisine, recette,

phrases du livre :

"Le café de l'Ensaïmada s'était imposé comme un haut lieu des plaisirs gourmands de la capitale." P. 15
"Maintenant "la couleuvre" serpente les pentes abruptes de nos montagnes pour transporter nos oranges bien fraîches jusqu'à Palma." P. 26
"Les oranges, que mon père cultivait de génération en génération, étaient indispensables pour réaliser ma passion. À vrai dire, elles étaient mes fidèles complices chaque jour." P. 26
"Au loin, le paysage escarpé, d'un vert olive, à peine voilé de quelques traînées de brume, s'étirait à l'infini, comme si la vallée des oranges ondulait." P. 49
"Cette île est comme un oranger en fleur. Captivant. Sucré, susurra-t-elle exagérément." P. 142

Pour en savoir un peu plus :

L'éditeur Éditions Charleston :

Vie quotidienne de FLaure : La vallée des oranges - Béatrice COURTOT

La couverture :

Photo de la couverture (Photo éditeur) :
Maquette Patrick LELEUX - Design Raphaëlle FAGUER - Photographie Arcangel Images

Vie quotidienne de FLaure : La vallée des oranges - Béatrice COURTOT
Autres chroniques sur ce livre :
Livriotte 6/10
Et vous alors, qu'en avez-vous pensé ?
Vous êtes tenté (intéressant) ou ce n'est pas votre genre de lecture ?

FLaure

Commentaires

Wolkaiw a dit…
Un livre qui pourrait tout à fait se trouver dans ma bibliothèque. J'aime les histoires avec un cadre historique fort. Je pense honnêtement que ce récit pourrait me plaire.

Merci pour cette belle découverte !
Diablotine a dit…
En effet, nous avons eu le même ressenti pour ce livre, ça fait plaisir de voir que je ne suis pas la seule à avoir pointés quelques détails, surtout quand ils sont similaires.
Belle semaine livresque :)
Dilshad
Anonyme a dit…
Romantique, une autre vision de Majorque !!! C'est magique, c'est mystérieux, un peu d'aventure, mais beaucoup de détente, lecture agréable surtout en cette période "virale".
Une envie d'expérimenter les recettes, mais nous n'avons pas les proportions ! Normal ... secret de famille ..

Les 5 articles les plus consultés pendant ces 7 derniers jours

Rôti de porc au four en sachet cuisson

Rôti de boeuf habillé de papier d'aluminium

Gâteau à l'ananas et mascarpone

Salade océane