Les yeux de Sam - Sam LARNAX


Vie quotidienne de FLaure : Les yeux de Sam - Sam LARNAX
Bonjour,
Deuxième roman pour cet auteur. Le premier est aussi auto-édité chez Librinova.
À travers cet opus, Sam LARNAX passe un message de solidarité et d'humanisme vis-à-vis des SDF. Ces hommes, ces femmes ont eu une vie avant !
Cela me rappelle un livre que j'avais beaucoup aimé "L'homme en bas de chez elle" - Fabienne KISVEL, qui parlait du même milieu.


Les yeux de Sam - Sam LARNAX 


Résumé :

Cela fait huit ans que Sam était à Pékin. Il mendiait et avait fait de belles rencontres dans ce milieu. L'une d'elles lui a donné assez d'argent pour revenir en France.
"Son copain de rue, Wo Li, le Chinois le plus vieux (80 ans) et le plus sale qu'il n'ait jamais connu, lui a donné ses économies ..."
Les trottoirs parisiens sont maintenant son domicile.
La mort d'un SDF et la rencontre avec une jeune bourgeoise, Samantha WANDERS, qui le prend en pitié, le font réfléchir. Son passé remonte à la surface.
Est-il capable de reprendre sa vie dans la société actuelle, retrouver son identité ?
Est-ce que les démons, qui l'ont poussé à s'expatrier et à survivre anonymement, vont le laisser à nouveau exister.
  • Les personnages principaux
Wo Li : une grande et belle description du personnage P. 12
Sam Archambault : son père Marc et sa mère étaient paysans et éleveurs de vaches laitières dans la commune de Saint-Pierre-de-Chartreuse dans l'Isère. Il était absent lorsqu'ils sont morts.
Fred (Frédéric Lespinasse), le grand maigre, Robert le chauve tatoué et Jajak l'obèse au visage bouffi adoptent Sam et vivent ensemble dans la rue.
L'auteur parle de Fred et explique son parcours. En lisant, j'ai eu l'impression que Sam LARNAX avait réellement rencontré un "Fred".
Chan Jiao : jeune Chinoise qui fait ses études en France. Son univers musical et celui de Sam sont proches. Cette rencontre donne l'occasion à l'écrivain de nous parler des rituels toujours ancrés dans la chine d'aujourd'hui (dans les milieux aisés).
À découvrir à partir de la P. 160
Samantha WANDERS : mariée, deux enfants : un fils Simon, sa femme Bao ainsi qu'Éole sa petite fille. Sa fille, Kathy vient d'avoir une petite Orlane. La jeune femme a perdu ses parents. Son père était architecte et sa maman psychologue. Après ses études, elle a ouvert une librairie qu'elle a dû vendre.
Charles WANDERS : très souvent absent, il travaille au Japon. Même lorsqu'il rentre quelques jours, il n'est presque jamais auprès de sa femme. Il est défini comme beau, macho, frimeur, m'as-tu-vu.
Lisez P. 57 vous serez vite fixé sur le personnage.
William BROWNSEN : producteur,
vous connaîtrez un peu plus le personnage en lisant la P. 139
"... dans son job il était bon et apprécié et surtout il avait du flair."
La musique : qui enchante, qui réjouit, qui transcende, est un personnage du livre.

Mon impression :

Sam est un homme très attachant. Le personnage et sa vie énigmatique, nous pousse à poursuivre notre lecture.
Samantha WANDERS, délaissée par son mari, trouve un but à sa vie. Essayer de sortir de la vie précaire, de la rue et le froid, le clochard Sam. Un peu trop facile cette rencontre et ce dévouement.
"Et puis, les yeux de Sam m'ont à la fois terrifiée et envoûtée." 
"... son regard bleu acier trempé ou bien bleu abyssal des profondeurs du Pacifique ..."
Une autre chose qui m'a gêné, c'est le style d'écriture. À mon avis (vous pouvez donner le vôtre) il est trop simpliste.
Au fil des pages, on connaît un peu mieux ce sans-abri. On comprend cette fuite lointaine, cette peur d'être reconnu. Ses yeux peuvent le trahir.
"Sam chausse sur son nez de grandes lunettes féminines à la monture blanche (les lunettes de Samantha) qui le font ressembler à un Michel Polnareff barbu."
La hantise du pianiste est de retomber
"Dans un monde où seules les valeurs qui comptent sont l'argent et le sexe." D'être à nouveau sous les feux de la rampe, de ne plus pouvoir gérer sa vie, d'être l'esclave d'un producteur.
L'auteur décrit avec précision la vie rude des SDF. Je l'ai déjà dit dans d'autres chroniques, je ne les regarde plus de la même façon. Une histoire se cache derrière chacun-e. Il aborde aussi d'autres faits de société de notre époque.
L'auteur, Sam LARNAX, a une grande passion pour la musique et le piano. En lisant le livre, vous ressentirez cette ferveur à travers le personnage de Sam.
"Sa transe est telle que son esprit n'est plus. Il est la musique, il est le jazz."
Malgré mes remarques, l'histoire m'a fait passer un bon moment de lecture. La chute est charmante.
En résumé (avis très personnel), à vous maintenant :
+ Une histoire intéressante avec la musique comme fil conducteur.
+ La vie des sans-abri est bien décrite. L'amitié et l'entraide sont mises en avant.
+ Roman qui nous en apprend sur la vie en Chine, la mendicité différente qu'en Europe, la bourgeoisie et les conventions hors du temps avec nos yeux d'européens .
- Dommage que le bleu de la couverture soit si foncé. Il nous empêche de voir un beau regard et des mains jouant du piano.

48 Son dernier coup d'archet : le thème central est la musique (Challenge Babelio)
💜 7/10

Titre : Les yeux de Sam (5 mars 2018) [lecture numérique pour moi]
Auteur : Sam LARNAX
Éditeur : Librinova
ISBN numérique : 979-10-262-1675-9
ISBN :  979-1026220688
Nombre de page numérique : 225
Nombre de page (papier) : 234
Prix : broché 13 € 90 /numérique 5 € 49
Ce livre vous tente, vous pouvez le trouver ICI (non sponsorisé)
Merci à l'auteur Sam LARNAX, à Librinova pour cette proposition de lecture.

Mots pour ce livre : 

Drame, peur, rue, bourgeoisie, musique, piano, sans-abri, crédule

phrases du livre (lecture numérique) :

"Un homme qui tombe à terre à Paris est tout de suite secouru par les passants, c'est connu, pourvu qu'il soit en costard-cravate." P. 8
"Le capitalisme est devenu encore plus sauvage qu'au sein des pays occidentaux. La Chine est maintenant riche, mais les pauvres sont encore plus pauvres ..." P. 14
"Comme disait Marc, le père de Sam, les gens achètent moins cher leur futur cancer." P. 18
"Quand on a une passion, il est difficile d'en faire un métier. Pourtant, il faut bien vivre." P. 187
"Je ne pouvais pas m'imaginer ce que c'était ce "star-system". Cette contrainte, ce voyeurisme. Je me demande comment les vedettes se complaisent dans cette ambiance." P. 200
Pour en savoir un peu plus :

L'éditeur Librinova :

Vie quotidienne de FLaure : Les yeux de Sam - Sam LARNAX

La couverture

Vie quotidienne de FLaure : Les yeux de Sam - Sam LARNAX



Autres chroniques sur ce livre :


Et vous alors, qu'en avez-vous pensé ?
Vous êtes tenté (intéressant) ou ce n'est pas votre genre de lecture ?

FLaure

Commentaires

  1. Une histoire qui pourrait sans doute me plaire ! Les SDF, c'est important d'en parler, de les aider à sortir de la rue, de les aider à trouver une identité, pour celles et ceux qui le désirent bien entendu.
    Je pourrais me laisser tenter par ce livre, merci pour la découverte !

    RépondreSupprimer
  2. oui un roman qui me laisse vraiment perplexe, merci pour votre commentaire sur mon blog, j'aime beaucoup vos analyses c'est très bien rédigée.

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

J'ai été obligée de remettre un antispam, je recevais des messages "anonymes" en nombre. Désolée.

Pour vous aider à publier votre message, voici la marche à suivre:
• Ecrivez votre texte dans le formulaire de saisie ci-dessus
• Si vous avez un compte, vous pouvez vous identifier dans la liste déroulante Commentaire ou vous pouvez rester ANONYME
- Cocher la case "M'informer" pour recevoir un e-mail en cas d'une réponse de ma part
• Cliquez sur Publier enfin. Merci.

Le message sera publié après modération.

Les 5 articles les plus consultés depuis 7 derniers jours

Feuilletés boudin blanc ou créole

Toast au magret fumé et foie gras de canard

Gâteau à l'ananas et mascarpone