Marie des brebis - Christian SIGNOL

Marie des brebis - Christian Signol


Bonjour,

Ce livre était dans ma bibliothèque. J'avais envie de m'évader, en France, comme nous serons sans doute contraints (moi c'est un plaisir) cet été. Mon choix est heureux.

 

marie des brebis - Christian signol 

 

Premières Lignes

Résumé (perso) :

Marie est née à l'automne 1901. Johannès, le pâtre de MASLAFON d'environ 70 ans, l'a trouvée, abandonnée au milieu des brebis, au pied d'un genévrier. Un mot indiquait que la petite s'appelait Marie d'où "Marie des brebis". Elle devint l'enfant qu'il n'a jamais eu.

Voilà ma vie. Je me demande bien pourquoi j'ai accepté de vous la raconter chaque jour, sur cette placette (à Cahors) inondée de soleil, surtout si c'est pour en faire un livre, comme vous en avez l'intention. Que peut-on avoir d'important à dire à 83 ans ?

Christian SIGNOL a écouté et mis en page les bons et mauvais souvenirs de Marie.

Mon impression :

Une vie bien remplie.

Christian SIGNOL sait nous toucher et je suppose que Marie (décédée maintenant) et sa famille ont été heureuses de lire ce livre-mémoire. Elle est née dans le causse, a passé son enfance à Fontanes-du-Causse. Avec Florentin, ils se sont installés à Couzon. Elle a fini sa vie à Cahors chez son fils, Jean.

C'est Marie la narratrice qui partage, avec simplicité, sa vie faite de petits et grands événements, de moments tristes ou joyeux. Bien sûr, la vie de la bergère n'est pas trépidante, elle se contente de peu, il y a une certaine routine. Elle prend le temps de regarder et nous entraîne avec elle. Elle sait écouter, vivre avec les saisons dans son Quercy. La moindre rencontre ou occasion est une fête. Elle ouvre sa porte en disant "finissez d'entrer". L'entraide et de belles valeurs sont mises en avant. Marie évoque le Noël au Mas del Pech.

... pour les enfants, une orange pliée dans un papier de soie. Ah ! ces Noëls de mon enfance, comment les aurais-je oubliés ?

On assiste à l'évolution technologique comme l'arrivée de la TSF dans la maison. Le décalage de sa vie, et celle de ses enfants et petits-enfants, est un chamboulement pour la vieille dame. Elle en est heureuse, avec quelques regrets quand même, et compare les deux situations.

Florent, mon petit-fils aîné qui, à 24 ans, est étudiant à Toulouse, vient d'avoir un enfant sans être marié. Il paraît qu'aujourd'hui c'est normal.

Que de changement même dans les campagnes, les villages se vident, les foires agricoles n'existent plus, plus de curés. Elle nous fait part de son ressenti, ses inquiétudes lors des faits marquants du XXème siècle (les 2 guerres, Mai 68). Elle pense avoir été moins impactée que les gens de la ville.

Sa vie a été jalonnée de moments tristes. Florentin et Marie ont toujours rebondi. Leur fierté, avoir de beaux enfants et avoir pu leur offrir de grandes études.

Quelques mots en patois sont glissés dans le texte, traduits ou pas. La collection de ce livre est "mémoire vive", il a trouvé sa place ainsi que le classement "roman terroir", la région est aussi un personnage.

Marie est une héroïne très attachante, mais elle n'est pas la seule. On s'image être à la place de Christian, à CAHORS, sur la petite place. Le calme nous envahit. Merci Christian de nous avoir permis de connaître, un peu, une si belle personne. J'ai d'autres livres de cet auteur, un jour, certainement, je vous en parlerai.

 

En résumé (avis très personnel), à vous maintenant :

+ Mémée brebis est une grand-mère proche de ses enfants et petits-enfants. Elle a même connu des arrière-petits-enfants

+ Est-ce Marie suivie par ses brebis que nous voyons sur la couverture (Edition 1991), on pourrait presque y croire.

+ Christian SIGNOL nous invite à écouter Marie à travers son écrit tout en poésie.

- Sans doute une petite erreur à la fin du roman, Jean a eu plusieurs enfants dont Estelle qui se transforme en Christelle. Ou c'est une autre fille pas mentionnée auparavant.

 

Défi 1 livre / 1 mois = Mai (Marie des brebis)

💜 8+/10 J'ai Beaucoup (avec un B) aimé, un très bon moment de lecture près de la nature qui nous manque en ce moment.

 

Titre : Marie des brebis (1989) (édition 1991 pour moi)

Auteur : Christian SIGNOL

Éditeur : Pocket

Collection : Mémoire vive

ISBN numérique : 9782232124556

ISBN : 9782266289023

Nombre de pages (numérique) : 153

Nombre de pages (papier) : 187

Prix : broché 19 € 50 /numérique 5 € 99 /Poche 5 € 50 /Audio 15 €

Ce livre vous tente, vous pouvez le trouver ICI  ou ICI (non sponsorisé)

 

Mots pour ce livre : 

Terroir, histoire vraie, témoignage, vieillesse, ruralité, guerre, histoire, Causse, Quercy, brebis, Campagne, famille, deuil, enfant, amour, travail, Couzon, sentiment, genévrier

Phrases du livre :

... à quatre-vingts ans passés, tandis que ma vie s'achève et que je bois un peu de soleil sur mon banc, en attendant de m'endormir du sommeil dont on ne se réveille que dans les bras du bon Dieu. P. 12

... en y réfléchissant, que la religion, à cette époque-là, gouvernait totalement la vie des gens. P. 28

Si les hommes avaient moins d'orgueil et plus de sagesse, ils regarderaient davantage vivre les animaux et les plantes. P.63

Deux fois par an, une au printemps et l'autre à l'automne, je faisais la bugado (la lessive). P. 67

Mais par quelle folie les hommes ont-ils décidé un jour d'aller s'agglutiner dans les villes comme des guêpes sur un essaim ? P. 79

Peut-être un jour viendra où les femmes seront plus nombreuses à gouverner les pays, et alors seulement les choses changeront. Car il faut avoir porté un enfant pour connaître le vrai prix de la vie, son mystère et sa force. P. 145

La vie ... La vie ... Elle s'ingénie toujours à nous prendre à ses pièges, et il n'y a rien d'autre à faire que de s'en accommoder. P. 147

Pour en savoir un peu plus :

L'éditeur Pocket :

Crédit photo : https://s3.amazonaws.com/netgalley-profiles/account-82327-large.png?1523627640

La couverture :

Photo de la couverture (Photo éditeur) : J.D. Sudres /DIAF

Crédit photo : https://images-na.ssl-images-amazon.com/images/I/51ZXWJ3SY2L._SX210_.jpg

Autres chroniques sur ce livre :

Alodis et les livres 10/10

Blastingnews

Ioionette's place

Et vous ?

 

Comme la vie des livres n'a pas de limite, je vous rappelle les chroniques faites il y a ... un certain temps. Vous avez lu ce (ou ces) livres ? Qu'en avez-vous pensé ?

- L'écrivain de la famille - Grégoire Delacourt

- Je suis favela - écriture collective

- Les corps sans mémoire - Thierry BLANDENET

 

FLaure


PS : crédit photo montage : https://france3-regions.francetvinfo.fr/occitanie/sites/regions_france3/files/styles/top_big/public/assets/images/2018/06/07/maxstockworld169561-3698917.jpg?itok=bZ3OIYng

Commentaires

Marion a dit…
Christian Signol est un auteur qui me tente depuis pas mal de temps et ta chronique me donne envie d'en savoir plus sur Marie. Je pense que c'est le genre de livre qui est susceptible de me plaire.
Il y a quelques temps, j'ai lu les saisons de Vendée de Yves Viollier et en lisant ton article, j'y ai repensé. Là aussi les personnages sont confrontés aux changements (guerres, électricité, évolution des moeurs, des idées,...) et j'avais trouvé cela très intéressant.

Les 5 articles les plus consultés pendant ces 7 derniers jours

Rôti de porc au four en sachet cuisson

Rôti de boeuf habillé de papier d'aluminium

Concombre à la crème et au vinaigre balsamique

Gratin Parmentier, chou rave, courgette, jambon cru , deux fromages